Un rêve 1926 : Bella, de Jean Giraudoux

fissure

Bella, Jean Giraudoux, in « Œuvres Romanesques Complètes I », Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1990 (Première éd. 1926)

Écrire un roman sur la crête du présent, c’est peut-être le condamner à mourir jeune. L’air du temps circule en ses pages, les mots à la mode, les concepts d’une époque, les idées d’une décennie forment une matière dense, située. La vie circule dans l’art aussi par ce qu’elle a de plus éphémère. Une œuvre soutenue par son temps peut-elle lui survivre ? L’avenir peut-il comprendre la langue étrangère que pratiquait le passé lorsqu’il était présent ? Le sort des romans de Giraudoux, dont l’édition Pléiade, malgré sa grande qualité, n’a pas connu de succès public particulier, témoigne de cette infructueuse postérité. Parce qu’ils étaient actuels, saturés de leur époque, des références communes d’une génération, de la perspective d’un après-guerre qui ne savait pas encore n’être qu’un entre-deux-guerres, ils se sont démodés. Renaud Matignon, dans ses piquantes chroniques, eût dit : « C’était à lire… en 1926 ». Le contemporain peine, s’il est dépourvu de sens historique, à apprécier à leur juste valeur ces fictions érudites, digressives, décousues ; leur langue même résonne étrangement ; traînée d’une comète depuis longtemps passée dans le firmament, cette œuvre romanesque est condamnée à nous glisser des mains, à se dissiper dans le lointain de notre sensibilité. Le cerveau doit suppléer le cœur, la raison les sens. L’immédiateté est morte. Le lot des références communes est perdu. Au dialogue direct entre l’œuvre et son lecteur s’est substitué une interface, un traducteur, soit un lourd appareil de notes et de précisions historiques. La subtilité de ces textes échappe à leurs lecteurs distraits d’aujourd’hui ; leur langueur déplaît ; le temps, aussi, les a peut-être périmés. La magie délicate de romans tissés sur l’étoffe du présent s’est évanouie à mesure que passaient les années ; les illisibles pastorales d’Ancien Régime ne sont pas moins lointaines que les rêveries giralduciennes. J’éprouve en les lisant un sentiment d’étrangèreté : nous sommes irrémédiablement séparés – et pourtant, au détour d’une phrase, d’une image, d’un raccourci, l’ombre fugitive d’un accord passe entre nous. Pour combien de temps encore ?

La langue de Monsieur Giraudoux est-elle moins oubliée que celle de Madame de Scudéry ? Notre époque lui est rétive ; non faute de perception historique, comme je le croyais d’abord – notre temps présentiste est, par paradoxe, saturé, hanté, par le passé, qu’importe qu’il ne le comprenne jamais vraiment – mais par défaut de langue commune. Son altérité l’éloigne ; ses codes sont morts. Giraudoux fut trop passionnément de son temps pour appartenir au nôtre. Je feuillette ici ou là quelques exemples de qui se veut explicitement littérature de l’extrême contemporain, avec sa langue courante, aplatie, presque orale, menée et promenée le long des pages sans efforts ni déplaisir ; trop souvent sans style ni personnalité. Ce français nouveau peut receler quelques richesses, par les horizons qu’il s’ouvre contre la Règle ; il charrie surtout l’esprit de notre époque, syntaxe malléable, grammaire simplifiée, vocabulaire mutant. L’informe règne ; il est authentique, paraît-il, pas élitiste, pas méprisant, avenant, bref, sympa. Son défaut ? Il ne peut s’entendre avec des langues mortes, même lorsqu’elles s’exprimaient en français, français 1660, français 1815 ou français 1925. Le français 2015, c’est l’idiosyncrasie des tous-pareils, un paysage de singularités identiques, où chacun, se proclamant soi, se renvoie dans le rang sans le savoir. Personnaliser la langue, voilà le mot d’ordre ; le paradoxe central de cette quête est que l’exception, répétée mille fois, cent mille fois, un million de fois, n’accouche que de ressemblances. La spontanéité ne dépasse pas l’expression du commun, de l’autre, banal, normalisé, en nous. Le style ne naît pas sans contrainte, mais par la contrainte ; sans contrainte, ne s’exprime qu’une langue anonyme, collective, informelle. Voilà pourquoi tant d’auteurs se ressemblent sans le savoir ; ils n’écrivent pas, ils rédigent, spontanés, ce que d’autres pourraient composer pareillement à leur place. Ce sont les remplaçables de la littérature. Alors quoi, les anciens sont des astres morts et il n’y a plus de français ? Mon sentiment est ambigu : la fluidité, comme inspirée de cette langue ductile et dominante qu’est l’anglais, représente d’évidence l’avenir de notre langue, ce français à la syntaxe jadis « incorruptible » (Rivarol) et désormais désaccordée. Est-ce une décadence ? Non, sire, c’est une évolution, une mutation définitive. Le français ne se ressemble plus – les négligences « années 50 » de Sagan ou de Nourissier ne sont pas moins éloignées de nous que les finesses de Giraudoux, les ornements de Barrès, le classicisme de Valéry. Ne pas céder au vertige fallacieux des mots ; tenir la ligne claire, blanche, simple ; aller jusqu’à l’arasement complet, par hantise de l’emphase, de la pompe, de la verticalité. Comme le disait le perfide Gore Vidal dans un entretien à la Paris Review : une phrase en vaut une autre, un mot en vaut une autre, démocratie de la page, démocratie de la phrase, écrasement de la langue, passée au hachoir de la parlure commune. S’exprime peut-être le « ça » sous-jacent, ce bouclier de spontanéité mal maîtrisée qui s’oppose au surmoi que formera toujours la langue, grammaire, syntaxe, règles, bref, cet autre punitif en nous. Giraudoux est aussi devenu illisible de la péremption de sa langue, de son phrasé, de sa forme.

Comment le suffisant et bavard rédacteur de Brumes peut-il encore une fois prétendre faire une recension, ou une chronique, ou, prétentieux, une critique et parler d’autre chose que du seul livre ? Et Bella ? Ses Fontranges, ses Rebendart, ses Dubardeau ? Son audace, ses affres, ses fantaisies ? Viendra-t-on enfin au but ? Giraudoux ! Giraudoux ! Qu’on y vienne ! N’y a-t-il pas tromperie ? Le plumitif brumeux n’est-il pas trop souvent coutumier du fait ? Est-ce efficace, cela, cette manière de dériver à distance du sujet ? De ronchonner sur le présent ? Des « propos comme ça », des argumentaires improuvés, des remarques oiseuses pourquoi ? Évoquera-t-il enfin Bella, son contenu, ses beautés, son attachante excentricité ? Cessera-t-il ces questionnements imbéciles, dont le seul objet paraît être de redresser un article enlisé et de retrouver, laborieux, le fil perdu quelques lignes plus haut ?

En réalité, je ne crois pas ces questionnements hors sujet : lire Giraudoux, c’est se confronter à un écran, relativement opaque, signe d’une véritable distance entre notre sensibilité littéraire et la sienne. C’est le cas pour toute littérature ancienne me direz-vous. Oui et non. Car celle de Giraudoux, en s’ancrant de toutes ses forces dans son propre présent, s’est délibérément datée, mise hors d’accès du lecteur à venir. Nous ne parlons plus la même langue. Le désuet de ces fictions ouvre une fenêtre inattendue sur un état perdu de la civilisation, un état antérieur, dont la compréhension immédiate nous échappe. Qu’y observe-t-on ? La France rad-soc de la IIIe, l’Allemagne d’avant 33, le fantôme de la belle époque, le songe improbable d’une Europe réconciliée, le tout supérieurement porté par une langue délicate, ne se livrant qu’au lecteur patient, attentif, lent. Il faut parfois lire à voix haute, incarner le texte pour toucher sa beauté. Ouvrons donc enfin Bella, un des succès les plus certains de l’auteur, à la recherche (peut-être surannée elle aussi ?) des arguments de la fiction : intrigue, personnages, scènes, tout ce qui, sous le nom « histoire » incarne aussi la littérature. Giraudoux n’a cessé, lors de la composition du roman, de retoucher son histoire, d’ajouter des épisodes, d’en retrancher. Bella apparaît comme un texte « palimpseste », cousant comme il le peut plusieurs histoires distinctes, revues dix fois. Les astuces narratives de notre époque, tirées de décoctions scénaristiques sophistiquées, sont loin. Bella est un chapelet de scènes tenu par un fil très fragile. Giraudoux place son art sous la tension de deux exigences difficiles à concilier : la nécessité de l’intrigue et la tentation de la digression. L’essentiel du livre tient non dans ce qu’il a de dynamique, de romanesque, l’intrigue mais dans ce qu’il a de statique, les portraits, les parenthèses, parfois à la limite de l’essai historique. Derrière les figures de Rebendart et des Dubardeau, se tiennent celles de Raymond Poincaré et de la fratrie Berthelot. Voilà pour quelle raison première le roman exige désormais une sorte de guide de lecture. Giraudoux diplomate, était un proche et un protégé de Philippe Berthelot, secrétaire général du Quai d’Orsay, connu pour avoir influencé et encouragé les écrivains-diplomates : Giraudoux bien sûr, mais aussi Claudel, Morand et Saint-John Perse. Berthelot avait été relevé de ses fonctions après une obscure affaire politico-financière ; Raymond Poincaré, Président pendant la guerre, Président du Conseil après, avait été un de ses principaux adversaires. Bella est aussi, malgré tout, une vengeance, celle du camp de Berthelot (et donc de Caillaux et de Malvy) contre les poincaristes et leurs alliés, les petites mains ambitieuses et sans scrupule des ministères, que Giraudoux vitriolise et ridiculise gaiement.

Le portrait de Rebendart-Poincaré intéresse encore, par sa qualité littéraire, le lecteur d’aujourd’hui, alors que son modèle n’est plus guère qu’un nom de rues et d’établissements scolaires. La charge est d’une virulence inouïe, d’autant plus de la part d’un fonctionnaire, en principe astreint à un devoir de réserve. Fauteur de troubles, ennemi de la réconciliation franco-allemande, responsable du déclenchement de la guerre, par sa passivité aux instants-clé, discoureur glacial et morbide, ministre colérique et dominateur, être austère et frigide, dont le seul plaisir est le pouvoir, Rebendart concentre sur lui toute l’inhumanité bourgeoise, positiviste, nationaliste de son temps. Il gouverne avec des mots faux, des phrases fausses, des discours faux. À chacune de ses respirations, il souffle le froid d’une raison inhumaine, passéiste, morte. Sa première apparition dans le roman est une des plus belles pages de Giraudoux, un des plus assurées, un des plus émouvantes aussi par ce que l’ancien combattant laisse percer de souffrance jamais exprimée. Rebendart le rancunier, le virulent, l’insensible, incarne tout le mal patriotard et rhétorique d’une France qui a raté la paix (et qui, on ne le sait pas encore alors, le paiera). Figé et raide comme la mort, Rebendart dépasse donc son seul modèle, Poincaré, pour figurer les maux de l’époque. Contre lui, un clan, chaleureux, fantasque, généreux, vivace, les Dubardeau. Ils sont le souffle de vie du roman. Ce sont les frères Berthelot, le chimiste, le diplomate, l’historien, le philosophe, tous mélangés et peints en une aimable bande d’esprits libres et brillants, géniaux, grandioses et donc jalousés. Leur France pardonne plutôt que de venger, elle réconcilie plutôt que d’opposer, elle aime plutôt que de haïr. Autour de cette opposition, Giraudoux brode une affaire de désaveu politique, saupoudrée d’un peu de sentiments, ceux qu’éprouve le narrateur, fils des Dubardeau, pour Bella de Fontranges, belle-fille veuve de Rebendart. N’est-ce là qu’un vieux roman bourgeois à clé, dont les serrures, rouillées, ne protègent plus rien ? Je ne le pense pas – même si le livre est sans nul doute démodé. Se tenir à la seule « histoire », assez molle, de Bella, c’est passer à côté de l’essentiel, cette sublimation romanesque d’une idée : la France déchirée (comme l’Europe), en quête de réconciliation (comme l’Europe). Le geste symbolique et presque final de Bella, tentant de contraindre l’orgueilleux Dubardeau et le rancunier Rebendart à se pardonner, à se serrer la main, et mourant de ne pas y parvenir en atteste. Bella romance, dans une fantaisie ambiguë, l’état collectif de division ; il tente de raccommoder ce qui a été déchiré. Des larmes achèvent le roman : larmes de joie dans l’illusion d’une réconciliation intérieure ? Larmes de douleur face à la perte irrémédiable de l’unité ?

Le narrateur est, je l’ai dit, le fils de Dubardeau ; c’est le symbole de l’affection presque filiale que manifestait Giraudoux à l’égard de Philippe Berthelot. Il est partie prenante dans l’histoire qu’il raconte ; la réconciliation, il ne la souhaite pas tant que cela ; son ennemi, ennemi de son clan, est identifié, il préférerait le vaincre. Sa virulence n’est pas un appel au pardon, à l’oubli. Pour ce faire, l’auteur passe par l’autre grande ligne narrative, annoncée par le sous-titre du roman, l’histoire des Fontranges. Cette fantaisie décousue, mal raccommodée à l’intrigue de haute politique, rationnelle, constitue le point de fuite du roman. Brett Dawson, dans sa notice, regrette qu’elle ait été mal comprise ; peut-être était-elle aussi trop équivoque, trop peu éloquente ? Comment marier la réalité historique et politique, même travestie, à un songe fantasque, littéraire ? Le roman souffre du jointoiement incertain des deux récits, comme si l’auteur avait voulu marier, sans y parvenir vraiment, ses deux tendances profondes, les brumes de son romantisme, si germanique, et le sol de son cartésianisme, si français. Les chapitres V et IX, dans lesquels figure l’histoire des Fontranges sont raccrochés trop artificiellement au train d’une histoire qui s’enlise à cause d’eux. Pourtant, ils figurent une forme de résolution de l’intrigue, que l’orgueil des uns et la rancune des autres rendent impossible. Les Fontranges sont depuis longtemps une famille divisée, naturellement, entre générations, entre forts et faibles, entre hommes et femmes (ces catégories ne se recoupent pas, elles alternent, dans une loi et suivant une perspective plus proches des contes ou des paraboles que des romans). Son état naturel est la division, la scission entre les êtres. Or le double sacrifice des Fontranges, Jacques à la guerre, Bella au service de l’État, offre à leur père, dans une scène onirique et sensuelle, l’occasion de la réconciliation. La « glace et le feu » se glissent près de Fontranges, l’enveloppent. La mort a tout réglé, un deuil s’ouvre, et, par-delà la tristesse qu’il suppose, la possibilité fusionnelle du pardon. Ces pages belles par leur incertitude, ces pages un peu obscures, ces pages si éloignées de nous pâtissent de l’intrigue politique qui les précède, de son faux-air de basse polémique, de ressentiment.

La virulence du roman n’avait pas échappé à ses contemporains, pris eux aussi dans le flot des vengeances, des rancœurs, non, des Réparations. Ils virent bien les guerres internes, l’hostilité à Poincaré, la défense outrée des Berthelot – Ph.Berthelot n’a pas été relevé sans raison de ses fonctions au Quai d’Orsay, même s’il fut réintégré par la suite. Ils ne virent pas, dans l’angle aveugle de leur présent, de leur sensibilité à œillères, la tentative osée de Jean Giraudoux, cette promesse de grâce, d’acquittement, de pardon général, que la mort peut offrir. Contre les divisions réelles de l’histoire, le rêve d’une réconciliation universelle… Est-il si démodé que cela, ce roman d’une France disparue, d’une époque morte, d’enjeux évanouis, s’il offre à ceux qui prennent le temps de l’explorer, dans toute son étrangèreté, la possibilité d’une trêve, non, mieux, d’une paix générale de l’identité ? Pas tant que l’on croit ; seulement, notre époque ne le lit plus. Sa forme, sa langue, ses références, ses apparences désuètes l’ont rendu illisible. Bella est condamné à n’être dans notre histoire littéraire qu’un brillant témoignage isolé, le songe obscur d’un entre-deux, une rêverie littéraire 1925 que les années ultérieures ont dissipée. Ce livre exprimait pourtant, au point de contact de l’histoire et de l’allégorie, un authentique désir de rémission – ce pardon dont rêve le passé et qu’accorde chichement notre présent.

Publicités

8 réflexions sur “Un rêve 1926 : Bella, de Jean Giraudoux

  1. Je n’ai pas lu ou relu Giraudoux depuis très longtemps. Vous êtes donc expert en la matière. Je n’avancerai pas sur ce terrain. Mais je me rappelle avoir jubilé il y a plus de quinze ans, à l’époque où je découvrais Hyvernaud et, entre autres, ses remarques sur Giraudoux, dans ses Carnets d’oflag (extrait) :

     » (…) Une érudition considérable et immédiatement mobilisable. Toute idée, phrase fait jaillir cinquante allusions simultanées à l’histoire, aux littératures, à la fable, à la botanique, à la zoologie, à la diplomatie, à l’économie politique ou la philatélie. Un cerveau à fiches, comme celui des maîtres de conférences de la Sorbonne. Mais au lieu de se convertir en thèses doctorales, les fiches de Giraudoux se métamorphosent en papillons.

    Un exceptionnel pouvoir d’expression. L’Université ne fournit pas des choses à dire, mais elle développe une aptitude à dire toutes les choses. Des hommes qui ont une réelle expérience à exprimer manquent de moyens d’expression. L’Universitaire qui est sans expérience et souvent sans idées est riche d’une rhétorique merveilleusement souple et rapide. Chez Giraudoux cette rhétorique est vertigineuse. Le langage n’offre plus absolument aucune résistance. Il est prêt à recouvrir tout, absolument tout, et d’une manière instantanée. (Aucune résistance des choses aux mots.)

    (…) »

    Hyvernaud est lui aussi un rhétoricien redoutable. Il a un sens de la formule et du contre-pied. Mais sa réserve contre la fluidité rhétorique (le même mot en réalité) me plaît bien.

    Bien à vous.

    • Cher David Marsac,
      c’est très bien vu, ces fiches métamorphosées en papillon (et le reste). Il y aurait à creuser là-dessous. Je ne connais pas du tout Georges Hyvernaud, je vais de ce pas me renseigner à son propos.
      Bien à vous

  2. Pardonnez-moi, cher Brumes, mon grand âge m’autorise peut-être à vous donner ce conseil : défaite-vous de cette idée, que je vous ai souvent vu exprimer, selon laquelle les oeuvres qui seraient « trop » de leur époque, de leur temps, parce que ce temps est révolu, seraient obsolètes.
    Voyons, soyons sérieux, cette idée ne repose sur rien de sérieux ! Tous les auteurs sont de leur temps – comment pourrait-il en être autrement ? Mais les oeuvres, elles, n’appartiennent pas à l’époque de leurs auteurs – pas plus qu’il n’y a d’oeuvres qui seraient « passéistes » ou bien « avant-gardistes », « futuristes » et que sais-je. Aucune oeuvre n’appartient à un temps antérieur à celui de leur auteur, ni à un temps postérieur. Les écrivains ne sont pas des prophètes. Si les oeuvres ont bel et bien une date de naissance (quoique, certaines de ces dates de naissance se soient perdues dans les limbes), les meilleurs d’entre elles sont immortelles.
    Je dénie aux modes le droit de porter le moindre jugement sur une oeuvre.
    (Il en est de même pour le lieu : elles n’ont pas plus de patrie que d’époque.)
    Sinon, comment pourrions-nous lire Homère, Villon, ou bien encore une poétesse chinoise médiévale comme Li Qingzhao (qui cumule tous les « handicaps » : époque, lieu, culture, forme littéraire, en plus d’être femme, épouse puis veuve éplorée, ce que je ne serai jamais, quelque effort que je puisse faire pour y parvenir…)

    Comme mon fils m’a lancé un jour à la figure – et cela m’a fait l’effet d’une douche fraîche bienfaisante – « ce n’est pas l’oeuvre qui a « vieilli », c’est toi ! »

    A part ces « légers détails » je vous remercie derechef d’être ce lecteur attentif et libre de Giraudoux.

  3. Ah oui, j’oubliais… Je vais aussi me renseigner ce ce George Hyvernaud inconnu de moi (comme des milliers d’autres). Les lignes citées sont sidérantes de justesse et les fiches-papillons se sont également posées avec une merveilleuse délicatesse sur ma pauvre vieille cervelle…

  4. Poussant plus loin ma lecture de votre chronique, je me rends compte que vous faites vous-même la critique de vos remmarques liminaires, en exposant à quel point le français aujourd’hui utilisé par les écrivains et les autres, n’est plus la même langue que celui de Giraudoux. (Ne pourrait-on dire la même chose pour tous les auteurs antérieurs au dernier demi-siècle ?) Ce n’est donc pas Giraudoux le « fautif » parce qu’il serait « trop » de son époque, mais le fait que le français est devenu langue étrangère pour les français d’aujourd’hui.
    Quand on tente aujourd’hui de parler une langue qui, sans être celle de Giraudoux serait comprise par lui, on s’expose à n’être plus compris du grand nombre (et pas forcément de la « France d’en-bas » car la « France-d’en-haut » ne parle pas moins un français appauvri et abâtardi).
    Cela fait songer au Moyen-Age, lorsque la population utilisait le français, à peine extrait de la gangue des langues mêlées des divers envahisseurs des siècles obscurs, tandis que les clercs s’exprimaient en latin.
    Que sortira-t-il de cette nouvelle créolisation ?
    Déjà, à l’usage des enfants et adolescents, on « traduit » les grandes oeuvres du patrimoine, en un langage plus « actuel », qu’on suppose plus abordable, à coups de simplifications. Bientôt, on traduira peut-être aussi Giraudoux pour les adultes curieux.
    Quand j’étais enfant, on me donnait des textes intégraux, non retouchés, d’auteurs classiques ou anciens, sans se soucier du fait que je n’en comprenais pas de larges parties, et je ne m’en souciais pas non plus. Parce que, à force de ne pas comprendre, on finit par comprendre. J’ai pu m’en rendre compte. Et ce qui reste d’incompréhensible est peut-être ce qui nous ramènera toujours à la source.

  5. Ho Ho Ho, mon cher Brumes, je vous surprends en pleine contradiction :
    « (Les contemporains) ne virent pas, dans l’angle aveugle de leur présent, de leur sensibilité à œillères, la tentative osée de Jean Giraudoux, cette promesse de grâce, d’acquittement, de pardon général, que la mort peut offrir. »
    Ainsi donc, vous, homme du XXIème siècle verriez dans « Bella » plus de choses que n’y virent ses contemporains ? Hum, cela ne viendrait-il pas détruire votre argumentation de départ ?…

    Ah, mais il est vrai que vous ajoutez aussitôt qu’on ne peut plus le lire… Après avoir démontré, en le lisant, qu’on peut fort bien le lire.
    Si j’osais, je dirais que vous me faites penser à un homme marchant et m’affirmant que personne ne marche…
    Pardonnez-moi ces amicales taquineries.
    Je sais trop à quel point je m’expose à voir à leur tour mises en exergue mes propres contradictions, approximations et autres inexpiables erreurs…

  6. Je suis allé voir qui était de Georges Hyvernaud… Si le nom ne me rappelait rien, il me semble que les titres de ses deux romans « la peau et les os » et « le wagon à vaches » remuent au fond de mon cerveau quelque chose qui ressemble à un vague souvenir… Datant d’une période de notre jeunesse où plus un écrivain était obscur plus il nous attirait et nous semblait digne d’être mis au pinacle… Il ne serait pas étonnant que j’aie croisé ces ouvrages sur quelque chemin littéraire de hasard et de nécessité…

    • Pour Hyvernaud, piochez particulièrement dans ses carnets d’oflag.

      Sur la lisibilité de Giraudoux, figurez-vous que cette note a fait réagir dans les hauts cénacles de la « giralducie » et d’aucuns des hiérophantes qui y officient m’ont évoqué, sous promesse d’anonymat, leur accord avec certaines des remarques de ma note de lecture. D’ailleurs, si elle n’avait pas été écrite par un petit nigaud anonyme de l’Internet, j’aurais été cité, avec références, et tout, dans diverses sections d’un roboratif travail universitaire à vocation encyclopédique sur Giraudoux (mon anonymat, qu’il faudrait appeler le quidamat, a mis fin à mes minces espoirs de gloire critique universelle).

      Je vois que vous avancez dans le Pléiade acquis nous savons où. J’y suis passé hier, et j’ai pris quelques Pléiade méconnus : Rétif de la Bretonne (I et II) et Brantôme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s