Le pays de l’intelligence

biblio

J’ai observé, ici ou là, dans la presse ou sur l’Internet, d’élogieuses considérations sur les stratégies récentes des réseaux médiatiques publics les plus réputés. On s’y livrerait en effet, depuis plusieurs mois, et avec succès, à la traque, tant attendue par certains, de « l’élitisme » généralisé qui y sévissait. Arte ou France-Culture, réputés pour leur austérité hautaine, ont ainsi été publiquement célébrés pour avoir renoncé, comme Le Monde ou d’autres organes médiatiques avant eux, à leur « élitisme ». Ils ont pris exemple sur Le Figaro, comme toujours à l’avant-garde du progrès, lui qui a, depuis longtemps, montré la marche à suivre en renonçant très explicitement à évoquer, dans ses pages culture, des sujets qui n’auraient pas leur place dans Télé 7 jours. Un vent de liberté, oui parfaitement, de liberté, souffle sur le vieux monde ! Finis les débats guindés sur la perception de l’objet chez Descartes ! Finies les célébrations délirantes de l’obscurité des poèmes de Mallarmé ! Finis les longs articles consacrés au comportement de l’électron au niveau quantique ! La vieille culture bourgeoise française, arc-boutée sur un ensemble de pratiques sociales et culturelles « élitistes », va bientôt suivre. Mais pour que cette révolution aille au bout, il faudra probablement bien des décennies. Car il existe un obstacle, l’école ! Elle est, depuis peu, accusée, par des penseurs réputés, comme M.Rosanvallon ou M.Éribon, suivant là les justes analyses de Pierre Bourdieu, d’être devenue, depuis trente ans, de plus en plus « élitiste ». La France de 2014 est, selon toutes ces sources concordantes, une société « élitiste » qui devrait, à grand peine, commencer à se démocratiser, à s’ouvrir, bref, à respirer. Il faut s’en féliciter, car, sincèrement, nous n’en pouvions plus de ce gouvernement « élitiste » des Philosophes, de cette odieuse république platonicienne qui nous écrasait, depuis trente ans, sous son talon pensant. L’Esprit régnait sur Paris. Il était temps de mettre fin à sa dictature. La France mourrait de son élitisme ; bienheureux cet air frais qui, telle une brise printanière soufflant sur la terre encore gelée, ranime nos cerveaux assommés par tant d’années consacrées à l’étude et la réflexion. L’exception française a vécu. L’aréopage des grands esprits, célébré chaque jour sans mesure par la presse, saura-t-il enfin montrer un peu plus de tolérance envers la culture populaire, et son goût, fort bienvenu, de la détente ? Hélas, l’ouverture, fort récente, est encore bien modeste.

Prenez l’école par exemple. M.Éribon qualifiait, dans son dernier ouvrage, avec justesse, l’école de « fasciste ». Le constat dressé par les émules de Pierre Bourdieu dans les années 60 est tous les ans plus fondé. L’école sélectionne de plus en plus impitoyablement. « L’élitisme » a perverti la méritocratie, en la poussant à des extrêmes tels que ne peuvent plus survivre à l’épreuve de la sélection que des individus socialement avantagés, à qui les parents ont transmis un capital culturel monumental et illégitime, ainsi qu’un infinitésimal échantillon de brillantes exceptions issues des classes inférieures et sélectionnées pour leur conformisme, leur docilité et, à la marge, leurs aptitudes cérébrales. Pour tous les autres, la rue, le chômage, la mendicité ! L’école élimine, à mesure des années, tous ceux qui ne satisfont pas à ses exigences infernales, « élitistes », et donc, in fine, discriminatoires. Gare à celui qui ne correspondrait pas à l’idéal type du bûcheur et du fort en thème ! La porte est, pour lui, grande ouverte. La meilleure preuve de cet élitisme intrinsèque du système éducatif, c’est l’effondrement, depuis vingt-cinq ans des effectifs du supérieur. Où est passé le temps de l’université de masse ? Évanoui. À partir de la fin des années 80, chaque année, l’objectif fut d’écarter le plus de monde possible des filières générales et techniques. Cet objectif a été brillamment atteint. Le nombre de bacheliers régresse chaque année, jusqu’à, sous peu, atteindre un plancher qu’on pensait, voici vingt ans, infranchissable. Les universités sont désertées. Les « Masters » se raréfient. Les thèses disparaissent. Les grandes écoles subsistent, seules, au sommet d’un océan de non-diplômés. Nulle part, il n’y a la moindre trace d’un renversement de tendance. Les jeunes quittent l’école de plus en plus tôt, de plus en plus nombreux. Les voilà les résultats concrets de l’élitisme.

Les derniers gouvernements ont participé à cette frénésie élitiste en rappelant que l’école avait des exigences insurmontables, un socle commun de compétences aussi redoutables à acquérir que la lecture, le calcul et l’écriture. La maîtrise parfaite de la langue française, à l’exemple de la classe politique et médiatique, qui en remontre fréquemment à Grevisse lui-même, est exigée dès les petites classes. L’obsession orthographique a atteint récemment des sommets, sanctionnée par des dictées à côté desquelles celle de Mérimée a des airs d’amusante récréation. Les consignes de la plus extrême sévérité ont été passées au corps enseignant. Les conseils de classe sont devenus des épreuves redoutables et redoutées, les moments-clé d’une scolarité, ceux où se décide une destinée. Les redoublements, de plus en plus nombreux, sont le signe d’une sélection accrue. L’Université, comme toujours, s’est d’ores et déjà positionnée à la pointe de ce combat élitiste : des examens y sont organisés chaque année et empêchent une grande partie des jeunes de pousser jusqu’au doctorat, auquel, dans un système plus ouvert, moins élitiste, ils auraient pu légitimement prétendre. Toutes les dispositions ont été prises pour que la moindre erreur soit fatale à l’étudiant. L’échec est sans recours. On note, ici ou là, une sélection fondée sur des connaissances, voire sur une improbable capacité à articuler celles-ci. Le nombre de pages exigées dans les travaux estudiantins atteint des niveaux inimaginables, il y a encore vingt ans. Certaines universités exigent des mémoires de près de cinquante pages ! Et des thèses de deux cents pages, bref, des monstres, ambitieux et totalisants que seuls peuvent produire les plus brillants éléments, dûment triés par une machine à l’obsession élitaire. En lettres, il devient nécessaire de lire des livres. En mathématiques, de poser des équations. En histoire, d’avoir conscience qu’il existe une chronologie. Et partout, dans le monde politique et médiatique, on observe les retombées de cet élitisme : débats de trop haute tenue, asphyxiés de références philosophiques et littéraires ; pédantisme des médias, qui n’hésitent plus, désormais, à consacrer leurs pages aux controverses les plus pointues ; rejet de la prise de parole démocratique des lecteurs et auditeurs, considérés comme inaptes à commenter ce qui, manifestement, les dépasse. Ce déferlement d’intelligence, au sommet de l’État et de la Presse, donne la nausée !

L’hyperélitisme scolaire a donc donné naissance à une société insupportable de fatuité, d’emphase et de suffisance où n’ont plus la parole que les Savants. « Nul n’entre ici s’il n’est intellectuel ». Le rêve platonicien est devenu un cauchemar. L’exigence légitime d’une certaine verticalité s’est muée en un délire hiérarchisant. À force de tutoyer les sommets, notre élite finit par manquer d’air. Le public est submergé de reportages et de livres pointilleux, où la cuistrerie le dispute à la méticulosité. Les grands médias ont donné la parole aux grands auteurs, ceux qu’a élevé un système sélectif jusqu’au faîte de la civilisation humaine. Les élites d’aujourd’hui incarnent, comme jamais auparavant, l’excellence, la science, la culture et la connaissance. Ce règne des meilleurs, cette aristocratie de la pensée, qui écrase la France sous le flux constant de ses immortelles productions, artistiques, scientifiques et intellectuelles, a engendré cet « élitisme » contemporain que quelques partisans de la simplicité démocratique voudraient voir remis en cause. D’où probablement cette satisfaction, au sein des organes les plus avancés dans le combat anti-élitiste, de voir peu à peu les citadelles de l’intolérable tyrannie de l’esprit laisser un peu de place, rien qu’un peu, au loisir, au divertissement et au rire. La grande époque de l’intelligence française que fut le dernier quart de siècle a peut-être visé trop haut. Nous avons trop pensé. Nous avons trop appris. Nous avons trop écrit. Qui n’est pas lassé de la répétition de ces miracles de sagacité, de ces éblouissements de clairvoyance, de ces épiphanies de la pensée ? À trop nous élever, nous avons oublié le monde simple des humains. À force d’élitisme, la France intellectuelle s’est coupée des aspirations les plus saines de la population. Tous ces jeunes laissés sur le côté, à qui fut imposé le silence, n’ont-ils pas quelque chose à nous dire ? Les quelques milliers d’intellectuels renommés, philologues, biologistes, anthropologues, historiens, compositeurs, dramaturges, physiciens, peintres, poètes, etc. qui imposent, à chaque instant, leur tempo à notre pays ne peuvent-ils pas laisser un peu s’exprimer le commun des mortels ? Faut-il être docteur pour être entendu ? Est-il si honteux d’être comédien ou sportif que l’on ne puisse jamais obtenir, rien qu’un instant, la parole publique ? N’ont-ils pas de grandes et belles vérités à délivrer, loin des connaissances calcifiées des doctes érudits, reclus dans leurs satanées tours d’ivoire ?

Ces derniers temps, les livres étaient trop nombreux, trop savants, comportaient trop de pages, avec trop de phrases et trop de mots. Les débats entre mandarins tombaient dans des détails trop ambigus et spécieux pour être compris de tous. Les Français étaient également submergés de musiques audacieuses, atonale ou minimaliste, dans une orgie délirante de dodécaphonisme. Qu’ils écoutent les radios, qu’ils regardent leur téléviseur, qu’ils achètent un livre, sans cesse, nos compatriotes étaient invités à s’élever, à trouver dans la vie de l’esprit ce que la vie matérielle ne leur offrait plus. Méditer, penser, exiger de soi un effort permanent d’élévation personnelle, oui, oui, oui… mais que diable ! ne sommes-nous pas des humains ? N’avons-nous pas le droit à un peu de détente, au milieu de cet océan de gravité ? Oui, depuis trop d’années, on a oublié de rappeler aux gens qu’ils avaient le droit de s’amuser, le droit, aussi, de ne pas passer leur temps à se cultiver et à méditer sur leur brève existence sur terre. Qu’importe la vie de l’esprit si le cœur n’est jamais satisfait ? La manie du savoir n’a jamais rendu personne heureux. Une société d’un rigorisme culturel et intellectuel exagéré, comme la nôtre, a engendré bien des névroses : comme les villes sont vides, les soirs, quand chacun, rentré chez lui, préfère étudier que s’amuser ! Nous le constatons chaque jour en observant ce miroir de nos défauts que sont nos gouvernants : le goût de l’éloquence et du discours bien ornementé a tourné à l’emphase ostentatoire ; le plaisir de la référence exacte n’a suscité qu’un pointillisme vétillard ; le goût de l’étude a engendré des générations de pédants, qui se disputent doctement sur des points de grammaire sanskrite, de monachisme médiéval ou de littérature estonienne.

Ce que proposent les anti-élitistes, c’est de relâcher l’odieuse pression des « meilleurs » : ils veulent respirer, s’amuser, se divertir. Enfin ! Après des décennies d’oppression, que les savants retournent ergoter dans leurs bibliothèques ! Le brave homme, le quidam, lui, veut, après de dures journées de labeur, se reposer, se réjouir, faire la fête, ce qui lui est interdit depuis bien trop longtemps. Alors, pour le satisfaire, que tous les canaux médiatiques s’ouvrent enfin un peu à l’amusement et au plaisir. Après tout, même les grands esprits aspirent aux loisirs. Ce n’est pas tout, non, d’être rompus aux redoutables argumentations de la philosophie analytique, instruits de tous les ressorts de l’histoire économique européenne, attentifs, tels des sismographes, aux moindres variations notre sensibilité, il s’agit de vivre, de satisfaire, aussi, nos goûts les plus animaux, corporels et sensuels, eux qui sont brimés, depuis des années, par cette religion de l’excellence et de l’exigence qui nous a infligé tant de souffrances. Moins de sérieux, pitié ! Et pour paraphraser le grand sage de la République, Stéphane Hessel, « AMUSEZ-VOUS ! ».

Advertisements

2 réflexions sur “Le pays de l’intelligence

  1. Moi et ma cheminée, comme disait Melville, quelques années après Bartleby, nous avons croisé nombre d’êtres exceptionnels (culture, intelligence, courage, ténacité) : l’élite. Freedom is choice. Certains ont choisi céder aux charmes de la prestation – d’autres se laisser coincer dans le statut d’homme sans qualité, ou sombrer dans les rites d’autodestruction, que déplore, en ouverture de son œuvre, le kaddish de Ginsberg. Tenir ses engagements, se dérober aux appartenances, modeler son silence avec l’espoir qu’il trouvera un jour les voies de sa fécondation… Des siècles que la culture (mondiale) parie sur ces très lentes résurrections…
    Elite, oui, caste, non.
    Bon courage. Pr

  2. Ce qu’il y a, c’est que la supposée démocratie (scolaire, culturelle ou autre) continue de fonctionner au profit d’une fraction de la population qui n’a plus à se soumettre à des exigences « élististes » d’un autre temps, mais qui trouve sa légitimité dans le suffrage quotidien apporté par sa réussite sociale, prétendument toute méritocratique.

    Christopher Lasch parlait de trahison de la démocratie par la révolte des élites contre leurs propres exigences, mais on a certainement dépassé ses terreurs les plus froides. Il écrivait avant l’avènement d’internet, de la télé-réalité, de facebook et twitter, des moyens d’expression et de développement du narcissisme le plus éhonté,.offerts au plus grand nombre comme à « l’élite » la plus élevée. Une avalanche médiatique et des tombereaux de cérémoniels de culte du moi plus tard, on se retrouve avec une caste confirmée dans ses acquêts par une culture de masse qui a tué toute ambition de subvertir l’ordre dans lequel est maintenu le monde social. Meurtre qui est perpétré chaque jour au prétexte de servir la soupe (dans les divers sens du mot) au peuple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s