Le créateur face à la création : un poème de Michel-Ange

voute-chapelle-sixtine

Ce sonnet a été écrit par Michel-Ange alors qu’il peignait le plafond de la Chapelle Sixtine. On notera le désespoir final de l’artiste face à sa création, « né io pittore »…. « je ne suis pas peintre ». Ce poème récapitule les tourments physiques du peintre, tourments qui aboutissent, en conclusion, à la remise en question de son art : c’est un très bel exemple des souffrances de l’artiste devant sa création.

.

I’ ho già fatto un gozzo in questo stento,

coma fa l’acqua a’ gatti in Lombardia

o ver d’altro paese che si sia,

c’a forza ’l ventre appicca sotto ’l mento.

.

La barba al cielo, e la memoria sento

in sullo scrigno, e ’l petto fo d’arpia,

e ’l pennel sopra ’l viso tuttavia

mel fa, gocciando, un ricco pavimento.

.

E’ lombi entrati mi son nella peccia,

e fo del cul per contrapeso groppa,

e ’ passi senza gli occhi muovo invano.

.

Dinanzi mi s’allunga la corteccia,

e per piegarsi adietro si ragroppa,

e tendomi com’arco sorïano.

.

Però fallace e strano

surge il iudizio che la mente porta,

ché mal si tra’ per cerbottana torta.

.

La mia pittura morta

difendi orma’, Giovanni, e ’l mio onore,

non sendo in loco bon, né io pittore.

.

Traduction en français :

Dans ce labeur, un goitre m’est venu,

Comme l’eau en fournit aux chats de Lombardie

À moins que ce ne soit de quelque autre pays,

Car, à force, mon ventre au menton s’est collé.

.

La barbe au ciel, je sens mon cerveau sur l’échine

Et me voilà doté d’un torse de harpie,

Pendant que, sur ma face dégouttant,

Le pinceau me transforme en riche pavement.

.

Les reins me sont rentrés dedans la panse,

Mon cul, par contrepoids, en croupe s’est changé,

En vain j’avance en aveugle mes pieds.

.

J’ai par devant l’écorce qui s’allonge

Et, par derrière, elle se tend, se plisse,

Me recourbant comme un arc de Syrie.

.

Ainsi de mon esprit

Les jugements sont-ils fallacieux, contournés :

Sarbacane tordue ne tire jamais droit.

.

Ma peinture défunte,

Ami, défends-la donc, et mon honneur aussi,

Car la place et mauvaise, et je ne suis pas peintre.

.

Traduction Michel Orcel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s